Concernant votre santé, une question revient souvent. Quelles différences y a-t-il entre un kinésithérapeute et un ostéopathe ? Dans cet article, nous vous aidons à comprendre leurs métiers. Le kiné et l’ostéo se ressemblent : ils soignent le corps avec leurs mains. Pourtant, ces deux disciplines de santé se différencient par leurs statuts, leurs objectifs et leurs méthodes. La kinésithérapie et l’ostéopathie ont leurs spécificités mais apportent une réelle complémentarité.

Expert en rééducation, le kinésithérapeute utilise des techniques manuelles ou instrumentales pour renforcer le corps suite à une pathologie ou un accident. Spécialiste des structures du corps, l’ostéopathe utilise exclusivement le contact manuel pour rétablir l’équilibre. Ces deux manières de soigner sont héritières de techniques millénaires mais leur professionnalisation est récente. La kinésithérapie est légalement reconnue depuis 1946 et l’ostéopathie depuis 2002.

Qu’est-ce que la kinésithérapie ?

La profession de kinésithérapeute existe officiellement depuis l’institution du diplôme d’état (D.E.) de masseur-kinésithérapeute, le 30 avril 1946. La formation de kinésithérapeute se passe en 5 ans après le BAC. Le plus souvent, les actes de kinésithérapie sont sur prescriptions médicales. Les séances de kiné sont donc remboursées par la sécurité sociale.

Le kinésithérapeute est le professionnel de santé spécialisé dans la rééducation. Son objectif principal est donc de renforcer, corriger ou accompagner une zone anatomique précise ayant subi un traumatisme (suite à un accident ou une maladie). Il vise la récupération fonctionnelle intégrale de la partie du corps à soigner.

Le kinésithérapeute privilégie une méthode scientifique faite d’ajustements techniques. Il va utiliser le contact manuel (massages médicaux) mais aussi des instruments (crèmes, matériel de musculation, de rééducation, etc.) pour corriger la partie lésée du corps. Son intervention est principalement locale et nécessite souvent un nombre important de séances.

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est née sous l’impulsion du médecin américain Andrew Taylor Still, en 1874. La première école est fondée en 1892, aux États-Unis. En France, il a fallu attendre la loi du 4 mars 2002 pour que la profession soit reconnue par l’État. La formation d’ostéopathe se fait dans des écoles spécialisées en 5 ou 6 ans après le BAC.

Certains professionnels de santé, comme les kinés, peuvent se spécialiser dans l’ostéopathie, en suivant une formation accélérée. Les séances d’ostéopathie ne nécessitent pas de prescription médicale car l’ostéopathe est un professionnel de santé de première intention comme le médecin généraliste. Les actes d’ostéopathie ne sont remboursés que par les mutuelles.

L’ostéopathe est un thérapeute exclusivement manuel. Il a une vision globale du corps. Il travaille aussi bien sur les articulations et les muscles que sur d’autres structures corporelles (tendons, fascias, viscères). L’ostéopathe cherche la source des douleurs ou blocages. Dans la majorité des cas, il n’y a pas nécessité d’un nombre important de séances pour traiter un trouble.

Des objectifs distincts et des méthodes différentes

Lorsque vous allez chez un kiné, le diagnostic est déjà posé. Vous savez où se situe le problème et vous avez un certain nombre de séances de rééducation prescrites. L’objectif est donc de soigner une partie précise du corps avec des techniques définies scientifiquement. Inversement, vous allez chez un ostéo pour vous faire diagnostiquer.

L’ostéopathe a d’abord pour objectif d’identifier les causes des déséquilibres structurels. Pour cela, il procède à un contrôle manuel de l’intégralité du corps. Après vous avoir exposé son diagnostic, il vous soignera en mobilisant vos structures ou vous réorientera vers un autre spécialiste. Se rendre chez un ostéopathe est donc une démarche préventive ou ponctuelle alors qu’aller chez le kiné nécessite des séances régulières.

Des médecines complémentaires

L’ostéopathie est une médecine alternative (par rapport à la médecine généraliste traditionnelle). Elle n’utilise pas de médicaments. La kinésithérapie est une médecine spécialisée intervenant après le diagnostic. Ce sont donc des médecines complémentaires et vous pouvez solliciter les deux professions pour recueillir leur avis concernant votre situation.

En ostéopathie, le patient est généralement passif. Il laisse le professionnel lui indiquer les positions à adopter, sa façon de respirer et de se relâcher afin de favoriser les contacts manuels réalisés par le professionnel. Il existe des mouvements et exercices pour lesquels il est nécessaire d’être actif mais cela reste marginal. En appliquant des mouvements grâce à des manipulations sur les structures corporelles, l’ostéo cherche à rééquilibrer et soulager les douleurs.

Le kiné se concentre surtout sur le système musculo-tendineux pour rééduquer une zone précise. Dans ce cas, le patient peut être actif ou passif. Dans le cas du traitement actif, le patient réalise des mouvements, souvent avec du matériel, afin de rééduquer ou de renforcer son muscle. Lors du traitement passif, le patient laisse le spécialiste agir sur lui grâce à des étirements, des massages ou des ponçages de tendons.

Vous l’aurez compris : le kinésithérapeute et l’ostéopathe sont des professionnels de santé complémentaires. Même si leurs pratiques se ressemblent (contacts manuels pour soigner), ils ont chacun leurs spécificités :

  • Le kinésithérapeute rééduque votre corps sur prescriptions médicales (remboursées par la sécurité sociale) alors que l’ostéopathe rééquilibre vos structures après vous avoir écouté, examiné et exposé son diagnostic.
  • Le kinésithérapeute est un médecin spécialisé cherchant à renforcer une partie précise du système musculaire alors que l’ostéopathe est un médecin alternatif cherchant à soulager vos douleurs ou blocages sans médicaments.